ESTOMAC

L’estomac, véritable réservoir alimentaire, est le segment dilaté du tube digestif compris entre l’oesophage et le duodénum.
L'estomac est situé dans l'étage sus-mésocolique, au niveau de l'hypochondre gauche et de l'épigastre, et sous le gril costal, c'est donc un organe thoraco-abdominal).

Il n'est fixé que par son adhérence au diaphragme en haut (ligament gastro-phrénique) et sa continuité avec le duodénum (possibilité de volvulus autour du grand axe)

1. DESCRIPTION
* Forme et dimensions. : L’estomac a la forme de la classique cornemuse ou d'un "J "majuscule. Il présente une partie crâniale et une partie caudale différentes sur le plan anatomique, histologique et physiologique :

- Une partie crâniale verticale :

• le fundus ou grosse tubérosité (poche à air radiologique)
• Elle surmonte le corps de l’estomac.

- Une partie caudale oblique en cranial et à droite : l’antre. qui fait suite au fond de l’estomac ou petite tubérosité.

L'estomac présente :

1.1 - Deux faces

une face ventrale qui regarde vers la grande cavité péritonéale et une face dorsale qui regarde vers la bourse omentale

1.2 - Deux bords ou courbures

Le bord droit est la petite courbure, concave. L’angle des parties verticale et oblique est très aigu en position debout. On l'appelle incisure angulaire.

Le bord gauche est la grande courbure, convexe. Il forme avec l’oesophage l’incisure cardiale (angle de Hiss), très aiguë.


1.3 - Deux orifices
1.3.1 - Le cardia

LE CARDIA est l'orifice supérieur, oesophagien :
          * Situé à 2 cm à gauche de la ligne médiane, à hauteur du bord gauche de T12.
          * Oblique en bas et à droite depuis l’incisure cardiale jusqu'au sommet de la petite courbure


1.3.2 - Le pylore

LE PYLORE est l'orifice inférieur, duodénal :

          * À 3 cm à droite de la ligne médiane, sur le flanc droit de L1, à 6 ou 7 cm au dessus de l’ombilic.

          * Canal circulaire, épais, c’est un véritable sphincter du fait de l’épaississement de la couche musculaire moyenne. Il mesure 5 à 6 mm. d’épaisseur. Il permet le passage progressif du contenu gastrique.

          * La muqueuse pylorique forme la valvule pylorique qui s’arrête net au duodénum et forme extérieurement un discret sillon circulaire. L’hypertrophie anormale de la couche musculeuse entraîne chez le nourrisson, la sténose hypertrophique du pylore dont le diagnostic est clinique, par la palpation de l’olive pylorique, et échographique.


Dimensions moyennes (estomac d'adulte):

- Longueur : 25 cm.          - Largeur : 12 cm.
- Epaisseur : 8 cm.            - Capacité : 1 à 1,5 l.

                 

2. RAPPORTS
2.1 - RAPPORTS PÉRITONÉAUX

L’estomac est enveloppé par le péritoine viscéral sauf en dorsal au niveau du cardia et du fundus. À ce niveau le péritoine forme le ligament gastro-phrénique, véritable ligament suspenseur de l’estomac au diaphragme.

* La face ventrale de l’estomac est dans la grande cavité péritonéale

* La face dorsale répond à la poche rétro-gastrique de la bourse omentale

* Les bords ou courbures sont unis aux organes voisins par des épiploons:

• la petite courbure est unie au foie par le petit omentum, épiploon gastro-hépatique
• la grande courbure est unie à la rate par l’épiploon gastro-splénique et au côlon transverse par le ligament gastro-colique (partie initiale du grand omentum).

2.2 - RAPPORTS DE LA FACE VENTRALE

Ils se font avec la grande cavité péritonéale, de la profondeur à la superficie :

2.2.1 - Partie supérieure (grosse tubérosité)

• Le foie (lobe gauche).
• Le diaphragme et la paroi thoracique.
• Par l'intermédiaire du diaphragme : coeur et péricarde, poumon et cul-de-sac pleural costo-diaphragmatique.


2.2.2 - Partie inférieure (corps de l'estomac)

• La paroi abdominale : au dessous du rebord costal gauche, le corps de l’estomac se projette sur la paroi ventro-latérale de l’abdomen, au niveau du muscle grand droit gauche.
• L’abord de l’estomac à ce niveau est donc aisé (
Gastrostomie). 
• Le colon et le mésocolon transverse par l'intermédiaire du ligament gastro-colique
2.3 - RAPPORTS DE LA FACE DORSALE

De haut en bas, par l'intermédiaire de la bourse omentale :
          * Le diaphragme (essentiellement les piliers)
          * La rate, la surrénale et le rein gauche
          * Le pancréas (le corps et une partie de la queue).

3.1 - ARTÈRES

Elles viennent toutes des branches du tronc coeliaque, première branche collatérale viscérale de l’aorte abdominale. Elles constituent trois systèmes (cercle artériel de la petite courbure, cercle artériel de la grande courbure et les artères gastriques courtes :

3.1.1 - Système artériel de la petite courbure

Le cercle ou système artériel de la petite courbure est formé par les artères gastriques gauche et droite.

* L’artère gastrique gauche. Cette grosse artère est l’artère principale de l’estomac :

• Origine : Collatérale du tronc coeliaque (T12).

• Trajet : Elle dessine une anse concave en bas en soulevant le péritoine. Elle limite en haut le foramen bursae omentalis.

• Terminaison : Elle atteint la petite courbure dans sa partie supérieure et bifurque souvent en une branche ventrale et une dorsale

Collatérales :

- nombreuses branches pour la petite courbure se dirigeant vers la face ventrale et dorsale de l'estomac.
- l’artère œso-cardio-tubérositaire antérieure;
- l'artère œsophagienne postérieure
- l'artère hépatique gauche inconstante mais parfois importante. (Chirurgie hépatique) 

* L’artère gastrique droite : ou artère pylorique

Origine : Collatérale de l’artère hépatique propre. En effet, l'artère hépatique commune, née du tronc cœliaque se divise au niveau de la portion initiale du duodénum en 2 branches, une branche ascendante, l'artère hépatique propre et une branche descendante, l'artère gastro-duodénale.

• Trajet : Elle chemine dans le bord caudal du petit omentum. Concave vers le haut, elle limite en bas le foramen bursae omentalis

• Terminaison : le long du bord inférieur de la petite courbure en branches, ventrale et dorsale.

• Collatérale : artère pour le bulbe duodénal et branches pour la petite courbure rejoignant les faces ventrale et dorsales de l'estomac.

Le cercle artériel de la petite courbure
est formé par l’anastomose habituelle mais non constante des branches terminales de l’artère gastrique gauche avec la droite. Il est situé dans le bord médial du petit omentum, tout contre l’estomac.

Le cercle ou système artériel de la grande courbure est formé par les artères gastro-épiploïques.

* L’artère gastro-épiploïque droite est une branche terminale de l’artère gastro-duodénale (en arrière du premier duodénum).
* L’artère gastro-épiploïque gauche est une collatérale de l’artère splénique.

Le cercle artériel de la grande courbure est formé par l’anastomose, habituelle mais non constante des artères gastro-épiploïques droite et gauche. Il est situé dans le ligament gastro-colique, à 2 ou 3 cm de l’estomac. Il donne des collatérales pour la grande courbure de l'estomac

3.1.2 - Les artères gastriques courtes

Au nombre de 6 à 8, ce sont des collatérales des branches terminales de l’artère splénique et de la gastro-épiploïque gauche.
Elles cheminent dans l’épiploon gastro-splénique et sont destinées au fundus.

3.2 - VEINES

Elles sont satellites des artères (une par artère) et vont pour la plupart se jeter dans la veine porte.
Au niveau du cardia elles constituent une
anastomose porto-cave avec les branches de la veine phrénique inférieure (système cave caudale) et les veines oesophagiennes (système azygos-cave cranial). En cas d’hypertension portale, les veines de cette région forment de volumineuses varices sous la muqueuse oesophagienne qui peuvent se rompre et provoquer des hémorragies parfois vitales.

3.3 - LYMPHATIQUES

Ils aboutissent aux chaines lymphatiques latéro-aortiques, en rétro-pancréatique, par trois chaînes :

* chaîne gastrique gauche (Petite courbure, 1/3 droit du fundus, oesophage)
* chaîne hépatique (Grande courbure)
* chaîne splénique (2/3 gauche du fundus)

Ces lymphatiques communiquent entre eux et avec les lymphatiques mésentériques supérieurs, pancréatiques, oesophagiens thoraciques; ces anastomoses ont une grande importance cancérologique.

3.4 - NERFS

L’innervation a une double origine :

* sympathique (plexus coeliaque).
* vagale (nerf vagues dont certaines fibres vont commander la sécrétion acide gastrique et la section de ces fibres tient une place importante dans le traitement des ulcères : vagotomie sélective qui diminue l'acidité gastrique).

RADIOGRAPHIE DE L'ESTOMAC :